Réflexion

De l’autoflagellation

L’écriture est une forme d’autoflagellation.

Tu termines l’écriture d’un chapitre, la langue quasiment à terre, tu te relis la semaine suivante et tu te dis, avec un peu de recul : Naaahh, c’est pas encore tout à fait ça. Et tu refais tes devoirs, en repassant tout au peigne fin, en développant là où tu avais tourné les coins ronds. Exit le mythe de l’écrivain noctambule qui te crache un roman, cigarette au bec, en un seul premier jet des plus inspirés. Il n’y a pas d’autre chemin que celui du travail acharné.

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s