Réflexion

J’écris pour survive à moi-même

J’écris depuis longtemps, même si je ne publie pas beaucoup.

La première fois que j’ai pris la plume, c’était pour survivre à la noirceur de mon enfance. J’écrivais pour faire fi de la violence et du rejet. J’écrivais parce que je n’avais pas le choix. C’était ma manière de crier en silence, sans déranger personne. Il ne m’était pas permis de m’exprimer autrement.

« Écrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit. » — Marguerite Duras

Avec l’écriture, je m’arrogeais un droit. Je cachais sous les draps ou dans le fond d’un tiroir le fruit de ma désobéissance. J’écrivais pour survivre à la solitude. Sans l’écriture, je n’étais rien. Je n’existais pas.

J’écris encore aujourd’hui pour obtenir une unité dans ma vie. J’écris parce que je suis brisée de l’intérieur et que, par le recours à l’écriture, je tente de recoller ensemble tous les éclats de verre qui me composent. J’écris la souffrance, la désillusion, le rejet, le désamour.

J’écris pour combler ma solitude. Pour apprendre aussi à m’aimer moi-même. J’écris pour comprendre ce qui autrement, à mes yeux, n’aurait pas de sens.

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s